A la découverte de Valencia, la ville aux orangers

Catégories Espagne
valencia tourisme sejour

Après notre étape à Zaragoza, nous avons repris le train pour un grand week-end de trois jours à Valencia. Valence (en français) est encore une autre jolie ville espagnole située sur la côte méditerranéenne (dans un autre style que Barcelone, cependant).

Que visiter à Valencia ?

Comme d’habitude, j’étais accompagnée de mon fidèle Cartoville pour avoir une base de sites intéressants et surtout, les plans par quartiers (que j’aime ce guide pour ça !).

cartoville valence
@dbromain

Alors, que retenir pour 3 jours à Valencia ?

  • Le quartier Carmén

Déambuler dans le quartier Carmén et entrer dans le Couvent du même nom (qui était gratuit en ce qui nous concerne, je ne sais pas si c’est toujours le cas ou si nous sommes juste tombés un bon jour) pour aller admirer un cloître intimiste, très végétalisé et au milieu duquel trône un puits. Une expo d’art contemporain est visible à différents étages du bâtiment (certaines pièces valant plus le détour que d’autres).

couvent carmén valencia

Dans ce quartier, on peut également admirer le Mercado Central (marché central), les Torres (tours) Quart ainsi que les Torres Serranos (vestiges d’une muraille aujourd’hui disparue) et arpenter la rue Caballeros, dont les façades de nombreux immeubles sont assez remarquables.

barrio del carmen valencia - torre quart

Ce quartier abrite aussi (tout près de l’appartement loué, donc, pour ceux qui suivent) un jardín botanico (jardin botanique) magnifique, que nous avons parcouru pendant près de deux heures : non pas qu’il soit si immense, mais quand on aime photographier ce type de sujet sous toutes ses coutures, les heures défilent toutes seules…

jardin botanique carmén valencia

valencia jardin botanique

valencia jardin botanique

jardin botanique carmén valencia

jardin botanique carmén valencia

  • Le quartier Seu

Parcourir ce quartier emblématique permet d’admirer la Catedral, la Basilica de la Virgen y de los Desemparados sur la plaza de la Virgen, le Miguelete (nom du clocher octogonal de la Cathédrale, d’où il paraît que la vue sur la ville est très belle – « il paraît », car nous n’y sommes pas montés). La plaza rodonda est quant à elle une place atypique de par sa forme, ronde, et les marchands qu’elle accueille (céramique et mercerie uniquement).

valencia tourisme séjour

  • La Turia et la Cité des Arts et des Sciences

El Turia est le nom de l’ancien fleuve qui parcourait la ville jusqu’à la fin des années 50, durant lesquelles la Ville a pris la décision de le transformer en parc immense suite à une inondation qui a coûté la vie à plusieurs personnes.

D’une longueur de 7 km, le Turia est aménagé à merveille pour les runneurs et les cyclistes (avec deux pistes cyclables, l’une plutôt droite et rapide pour les pressés et l’autre davantage orientée « fun » avec de nombreux virages et montées / descentes légères).

La Cité des Arts et des Sciences a été aménagée en son sein, dans un immense espace futuriste n’oubliant pas pour autant son lien avec la nature, à travers l’Umbracle et la présence de nombreux bassins « navigables » (paddle et autres activités sont  possibles).

valencia cité des arts et des sciences

valencia tourisme séjour

  • Le Musée des Beaux-Arts

L’entrée du Musée des Beaux-Arts de Valencia est gratuite et permet entre autres de (re)découvrir  quelques oeuvres des artistes Goya et Joaquín Sorolla i Bastida (en plus de posséder des bancs particulièrement confortables…).

musée des beaux arts de valencia
@dbromain
  • Le port et la plage

Ce ne sont pas les coins de Valencia que j’ai préférés, mais pour ceux qui raffolent des plages, la Playa de las Arenas et la Malvarrosa sont toutes indiquées. A vélo, il est parfois assez compliqué de suivre la piste en raison de la fréquentation des lieux, en pleine saison j’imagine qu’il peut être nécessaire de mettre pied à terre ou bien d’emprunter une rue résidentielle parallèle (au risque de perdre un peu la vue).

  • Le quartier Cabanyal

Le véritable point de chute de notre balade à vélo à travers la Turia et le long des plages était ce quartier de maisons de pêcheurs, menacé de destruction. L’architecture Art Nouveau y est grandement mise à l’honneur, et les façades colorées et/ou recouvertes d’azulejos sont nombreuses. Bien que tombant en décrépitude certaine, ce quartier a beaucoup de charme.

cabanyal valencia

cabanyal valencia

valencia-tourisme-séjour

valencia-tourisme-séjour

cabanyal valencia

Nous avons parcouru à vélo (en s’arrêtant de nombreuses fois) quelques rues conseillées par le Cartoville comme étant les plus emblématiques : carrer de Eugenia Viñes, carrer Progreso, carrer José Benlliure et carrer de la Reina.

  • Dans toute la ville

Se perdre dans les rues et ruelles entre les différents sites permet d’observer les nombreuses oeuvres de street art qui recouvrent les murs, c’est toujours quelque chose que j’apprécie dans une ville.

valencia street art

Et pour la prochaine fois ?

J’espère bien revenir un jour à Valencia, et ce jour-là, j’inscrirai « au programme » la visite d’un lieu d’expos conseillé par mon amie France qui a vécu dans cette ville : la Fundación Bancaja.

Je ne manquerai pas non plus de sortir un soir pour déguster une Agua de Valencia (coktail local à base de jus d’orange, cava, gin et vodka).

Quelques bonnes adresses à Valencia

  • Pour déguster une paella : Yuso

Prévoir d’être au moins deux pour commander une paella valenciana, car partout dans la ville elles sont servies pour un minimum de deux couverts (étant donné la taille du plat). J’ai particulièrement apprécié celle dégustée au Yuso, un petit restaurant simple et agréable du quartier Carmén, au coeur de la Ciutat Vella. On peut y savourer différentes sortes de riz et de tapas. Le restaurant est situé à l’angle de deux ruelles calmes et comporte une terrasse de chaque côté, ce qui permet de passer un moment vraiment agréable.

Carrer de la Creu, 4

  • Pour savourer une horchata traditionnelle : horchateria Santa Catalina

Pour déguster une horchata, un lait végétal, local et rafraîchissant fait à partir de chufa (souchet) et des fartons (pâtisserie tout aussi locale qui ressemble un peu à un croisement entre le croissant et le pain au lait, mais avec une forme fine et très allongée), rendez-vous dans une horchateria traditionnelle, Santa Catalina, située sur la place du même nom. L’endroit propose également le fameux chocolate y churros si cher aux espagnols. Un peu moins sain, plutôt très gourmand, nous avons craqué avant de prendre notre train du retour.

Plaça de Santa Caterina, 6

horchateria santa catalina valencia

  • Pour siroter un énorme jus de fruit : Zumería Naturalia

Conseillée par mon amie France, cette « jusdefruiterie » (en français on n’a pas de mot et c’est bien dommage !) vaut le détour :  une déco insolite qui nous expédie droit en Amérique du Sud (c’est du moins mon ressenti, et le nom des différents jus et coktails y est sûrement pour quelque chose), une ambiance très conviviale, d’excellents jus de fruits qui sortent de l’ordinaire et aux proportions généreuses

Le lieu idéal pour faire le plein de vitamines et se reposer un peu après une longue journée !

Carrer del Mar, 12

zumeria naturalia valencia

 

  • Pour découvrir de nouvelles saveurs et/ou manger végétarien : El Alma Libre

Il s’agit d’un gros coup de cœur alimentaire de ce séjour, et bien qu’il ne soit pas très typique de la ville, je le recommande chaudement si vous recherchez un repas / une envie de snacking équilibré ou souhaitez découvrir ce qu’est l’açaï bowl. Je connaissais ce dernier pour avoir croisé son nom sur Instagram, et je croyais que l’açaï était une épice : en fait, il s’agit de petites baies violettes originaires du Brésil. J’en parlerai peut-être un jour en détail dans un autre article…

El Alma Libre est un açaï bar qui comme son nom l’indique, met cet élément à l’honneur et propose différentes tailles de bols autour de ce produit ainsi que diverses recettes, de la plus saine à la plus gourmande. A côté de cette originalité, vous trouverez également d’excellents sandwiches aux produits très végé-friendly (houmous et basilic pour notre choix, et je crois qu’il n’y avait que peu -voire pas- d’éléments non-végétariens à la carte).

Carrer de Roteros, 16

alma libre açaï bar valencia

  • Pour boire une bière dans une ambiance jazzy

Au coeur du quartier Cabanyal, le bar El viento est parfait pour un moment de détente autour d’une bière (nous l’avons choisie ambrée). Lorsque nous y sommes rentrés, un groupe se produisait, donnant une atmosphère très jazzy à l’endroit, en parfait raccord avec la déco.

Carrer de l’Església del Rosari, 8

Comment se déplacer dans Valencia ?

Transports en commun

Valencia possède bus et métro, mais il me serait bien difficile d’en parler, n’en ayant pris aucun durant ces trois jours !

A pied

Nous avons en effet rejoint notre logement à pied depuis la gare du Nord de Valencia (une vingtaine de minutes suffisent), et nous avons fait l’intégralité de nos déplacements à pied, excepté la journée où nous nous sommes éloignés du centre (j’y reviendrai plus bas), pour laquelle nous avons alors utilisé des vélos.

A vélo

Nous avons loués ces derniers auprès d’une petite agence tenue par un couple très sympathique, pour un prix pour 24h bien plus abordable que les tarifs des vélib’ locaux (les ValenBisi, dont la location se fait au minimum sur la semaine pour 13,30€, hors prix du trajet au-delà de la demi-heure gratuite).

Bed&Bike, l’agence que nous avions repérée en passant dans la rue, concerne à l’origine les locataires des appartements loués, mais le service de location de vélos ne leur est pas restreint, si bien que nous avons pu nous balader avec deux beaux vélos B’Twin toute la journée du dimanche pour seulement 7€ chacun (il est également possible de louer des bicyclettes au look vintage pour 1€ de plus, pour ceux que cela peut intéresser).  Unique bémol : la selle, qui après 20 km, se fait sentir bien après avoir rendu le vélo…

Où dormir à Valencia ?

Pour ces trois nuits à Valencia, nous avons une fois de plus eu recours à la location d’un appartement airbnb tout près du jardin botanique (sur lequel je reviendrai également plus bas). Chaque fois que le séjour comprend plus d’une nuitée, nous délaissons l’hôtel pour le plaisir de préparer soi-même nos petits-déjeuners et dîners à l’appartement (et pour nos économies aussi, ne nous le cachons pas), avec si possible des produits locaux.

Placé de manière idéale dans un quartier calme mais finalement très proche des quartiers Carmén et Seu, cet appartement airbnb avait tout pour plaire : un tarif intéressant, un calme incroyable (surtout comparé au nôtre, d’appartement !), une déco très stylée (carreaux de ciments façon azulejos dans la cuisine et la salle de bain, poutres en bois, vaisselle superbe…), un confort optimal et beaucoup de lumière le matin ! La cerise sur le gâteau, c’est la vue…

Si vous souhaitez réserver le même, voici le lien.

Quand visiter Valencia

Au printemps

C’est l’époque des Fallas (mi-mars), et si vous aimez l’animation, ce festival valencien réputé vous plaira certainement. Attention, les prix s’envolent à cette période et il est nécessaire de s’y prendre à l’avance pour réserver logement et transport.

Pour notre part, nous avons choisi de visiter Valencia au printemps, mais dix jours après cette période. Je pense qu’il s’agissait d’un bon choix, la ville redevenant beaucoup plus calme et praticable, et les températures étant idéales à cette saison (de 10 à 25°).

De plus, à cette période les orangers embaument les rues (certains possèdent encore de nombreuses fleurs), un parfum doux et subtil que tous deux nous adorons (et qui est évoqué à merveille dans deux de nos parfums : « Neroli Portofino » de Tom Ford pour Romain et « Fleurs d’Oranger » de Serge Lutens pour moi). Cette odeur enivrante est d’ailleurs malheureusement parfois bienvenue pour compenser d’autres odeurs de rue moins agréables (c’est mon unique bémol valencien)…

En ce qui concerne les orangers, ils sont en effet omniprésents dans Valencia, l’orange étant très cultivée dans toute la région. En ce qui concerne ceux qui peuplent les rues de la ville, bien qu’il soit très tentant d’y goûter, il faut savoir qu’il s’agit d’une variété très amère et non-comestible (la ville semblant, d’après une lecture de Romain, avoir bien du mal à savoir que faire de toutes ces oranges…).

En été

Si vous ne craignez pas les hautes températures et la masse de touristes qui risquent de rendre un rythme de visite soutenu plus compliqué (ou simplement, si vous n’avez pas le choix de vos vacances), visitez Valencia en été : vous pourrez toujours aller vous rafraîchir dans la Méditerranée si le besoin se fait sentir !

En général c’est une période que je fuis pour les vacances, n’aimant ni la chaleur ni croiser trop de touristes lorsque je voyage.

valencia tourisme séjour

En automne et hiver

J’apprécie toujours particulièrement le charme de la saison automnale et les jolies couleurs qu’elle donne à n’importe quelle ville.

Si vous souhaitez profiter de températures clémentes par rapport à la France et visiter la ville sans croiser beaucoup de touristes et en vous sentant vraiment local, alors partir à Valencia en automne ou hiver sera le bon choix. Le seul bémol est qu’en hiver, les journées sont plus courtes et les lieux publics ferment donc plus tôt (voire ferment tout court !), cela peut parfois être un peu frustrant.

Hola! Moi c'est Fanny, 28 ans.
J'adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif…

10 commentaires sur “A la découverte de Valencia, la ville aux orangers

  1. Je connais très peu l’Espagne mais ton article me donne très envie d’aller y faire un tour ! Tes photos sont magnifiques en plus! 🙂 Je prends note des bons plans si jamais j’y passe.

    1. Merci beaucoup. Je connais finalement encore peu l’Espagne par rapport à la diversité du pays, car chaque province (et même chaque ville) possède une identité forte. Un peu comme en France finalement (dont je ne connais bien que le Sud-Ouest, Clermont-Ferrand et Paris). J’ai très envie de découvrir le Sud, sûr que ce sera encore une ambiance très différente, la « véritable Espagne » me disent certains 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *