Comparatif d’appareils photo hybrides : Lumix Gm5 vs Lumix Gx7 vs Olympus OMD Em-5-II

Catégories Matériel, techniques et tests

Choisir un appareil photo hybride (un compact à objectifs interchangeables, comme on l’appelle aussi) n’est pas forcément évident. Si je n’ai pas à portée de moi un parc entier de nouveaux modèles pour donner mon avis (d’autant que certains sites le font déjà très bien, batterie de tests à l’appui), je peux par contre vous parler des trois modèles que je connais bien et de leurs inconvénients / avantages respectifs.

Premier hybride du foyer, le Lumix Gm5 y a fait son entrée quelques mois seulement après sa sortie. Si mon idée originelle était de remplacer les objectifs de kit de mon Pentax K-r par des objectifs plus qualitatifs, une intuition de l’amoureux m’a poussée à me renseigner davantage sur les hybrides, et finalement à remplacer également le boîtier (sympathique mais aux performances finalement réduites) par un autre qui serait à la fois plus léger et plus polyvalent (best intuition ever !). Par la suite, Romain a eu son propre hybride, le Lumix Gx7, puis j’ai remplacé récemment le mien par un nouveau boîtier, l’OMD EM-5 II (je vous explique pourquoi ici).

Le Lumix Gm5 : un hybride amateur, petit mais fragile

J’ai opté pour le Gm5 pour sa compacité étonnante, qui détonnait d’ailleurs tellement par rapport à mon reflex qu’il a suscité quelques doutes dans mon entourage. J’ai choisi ce modèle pour la présence d’un viseur qui, bien que riquiqui, le différenciait du modèle précédent encore en vente à l’époque (le Gm1). J’avoue que j’ai bien moins comparé les appareils que je ne le ferais aujourd’hui… C’est cependant un hybride amateur qui possède de très bonnes capacités, étonnantes pour sa taille. Il a été difficile pour certains de me croire quand je disais qu’il était bien meilleur que certains reflex d’entrée de gamme (dont le K-r), et pourtant…

Grâce à son très faible encombrement (poids record de 211 grammes et dimensions d’environ 9,8 x 5,9 x 3,1 cm !), il m’a suivie partout et a constitué une porte d’entrée très intéressante en matière d’hybride. Grâce à lui, j’ai pu découvrir le bonheur de la visée directe au format 1:1, 4/3 ou 3/2 (selon les circonstances) avec aperçu avant déclenchement de la profondeur de champ et de l’exposition (un luxe rapidement indispensable). La qualité d’image était tellement supérieure à celle de mon reflex !

Il m’a permis de me mettre doucement à la photo de rue grâce à sa discrétion (malgré mon choix de le prendre en rouge, que je ne regrette pas une seconde). Enfin, la praticité de la connexion wifi (pour transférer rapidement les photos à une tierce personne ou vers Instagram, par exemple) est également un atout.

Au bout de plus de deux ans d’utilisation, j’ai pourtant un avis assez mitigé sur ce modèle, qui est déjà malheureusement arrivé en fin de vie… La molette de réglage positionnée en façade ne fonctionnant plus, la navigation dans les menus à chaque changement d’ouverture / vitesse souhaité est devenu obligatoire, entraînant pénibilité et manque de réactivité. Ce bête dysfonctionnement a fini par avoir raison de ma patience.

Le Gm5 en résumé

Les +

  • encombrement hyper réduit
  • poids plume
  • flash amovible (pour moi qui n’aime pas trop le flash intégré, c’est en effet un point positif !)
  • quelques raccourcis utiles en façade arrière (mise au point auto ou manuelle, wifi…)
  • joli design

Les –

  • viseur très petit (heureuse de sa présence au début, il a pourtant fini par beaucoup me fruster)
  • pas d’écran orientable
  • très fragile (durée de vie observée pour ma part : 2 ans)
  • pas de stabilisation
  • un peu difficile à prendre en main si les vôtres sont grandes (je n’ai pas eu trop de problèmes à ce niveau mais apprécie tout de même une ergonomie plus poussée).
  • autonomie très faible (même pour un hybride)

Le Lumix Gx7 : un hybride expert presque parfait

Le Lumix Gx7 est un petit hybride expert agréable à l’oeil (grâce à une petite touche vintage bienvenue) et qui en a dans le ventre ! Plus abordable que le Gx8 qui l’a remplacé (surtout d’occasion – Romain l’a acheté il y a un à peine plus d’an pour 350€, l’appareil valant près de 1200€ à sa sortie en 2014…), il possède en vérité un excellent rapport qualité-prix.

Si l’ergonomie des menus ne change pas de celle du Gm5, en revanche l’ergonomie de l’objet en lui-même présente de nombreuses différences (positives) : la main droite peut se fermer sur un petit grip bien pratique, le viseur offre un confort bien supérieur et surtout un grossissement digne de ce nom, et en plus, il est inclinable, de sorte qu’on peut viser comme avec un rolleiflex (le top pour la photo de rue) ! A ajouter au compteur des améliorations, cet appareil permet de filmer en 4K et dispose d’un focus peaking (la fonctionnalité qui permet de surligner les parties nettes dans le viseur ou à l’écran) bien moins hasardeux. Enfin, il dispose d’un écran lui-aussi inclinable : alors certes, avec un tel écran on se retrouve parfois à le surveiller dans des positions improbables pour obtenir une photo à l’angle de vue original, mais ça vaut le coup !

Bémol, puisqu’il en faut bien un et qu’il n’y a pas non plus à le chercher bien loin, le bouton on-off est très mal placé, si bien qu’il n’est pas rare de faire tourner la molette des programmes en même temps… Pas très pratique pour qui souhaite être réactif, que de démarrer l’appareil et shooter aussitôt en mode P alors qu’on pensait être en mode A (surtout pour moi et l’amoureux qui en changeons finalement assez rarement en photographie). L’écran inclinable est un avantage par rapport aux écrans fixes, mais si on doit le comparer à d’autres modèles, un défaut par rapport à certains qui sont totalement orientables (un must pour la vidéo et pour le protéger lorsqu’il n’est pas utilié).

Le Gx7 en résumé

Les +

  • encombrement modéré
  • ergonomie agréable (présence d’un grip)
  • viseur inclinable de taille importante
  • stabilisation sur 2 axes
  • vidéo 4K
  • deux molettes de réglages (ouverture / vitesse et exposition)

Les –

  • flash intégré (pour moi qui ne m’en sers presque pas, c’est un défaut puisqu’il prend une place inutile)
  • bouton display mal placé
  • molette de sélection de mode trop sensible
  • les vidéos sont recoupées 1 seconde avant la fin de l’enregistrement
  • écan inclinable (pas totalement orientable, contrairement à l’OMD EM-5 II)

L’Olympus OMD EM-5 mark II

J’avais évoqué l’EM-5 mark II peu de temps après l’avoir reçu, mais je dispose aujourd’hui de davantage de recul dessus pour en parler et le comparer aux deux précédents que je connais bien.

Il s’agit d’un très bon hybride expert (flirtant avec les fonctionnalités et possibilités des appareils totalement orientés vers une utilisation professionnelle), très bien conçu et au design convaincant rappelant les séries Olympus OM argentiques d’antan. Son prédécesseur, l’EM-5, avait même été considéré comme le meilleur hybride du marché à sa sortie.

Le point qui m’a le plus surprise est le confort d’utilisation, qui est incroyable. La présence de deux molettes de réglage décuplées par celle d’un levier est d’une praticité étonnante ! Avec en sus de nombreux boutons « raccourcis’ personnalisables présents en façade avant / arrière ainsi que sur le haut de l’appareil, et de surcroît positionnés à une distance idéale par rapport aux doigts (et pourtant les miens sont petits), je peux changer un nombre incroyable de paramètres sans quitter mon viseur (et en apprécier les changements en direct, un bonheur !). Avec un tel niveau de personnalisation, l’Em-5 s’adapte à vos besoins, un véritable bonheur !

Les modes d’économie d’énergie sont également très bien vus, et si l’autonomie était donnée comme étant plus importante que celle du Gm5 (ce n’est pas difficile…) et similaire à celle du Gx7, je suis agréablement surprise par la tenue de la batterie. En me passant du live view les 3/4 du temps (quand je ne suis pas en mode vidéo, en somme) et en me servant en permanence du viseur, l’écran affiché est similaire à celui d’un reflex (il présente un récapitulatif des paramètres définis) et permet d’économiser beaucoup de batterie. A tester de manière plus « sauvage » en voyage (je me suis tout de même munie de deux batteries supplémentaires, car la forte consommation d’énergie reste pour moi le seul inconvénient de l’hybride par rapport au reflex)…

Enfin, en matière de performance l’appareil offre une qualité incroyable, avec par ailleurs des profils de couleurs bien définis qui offrent des jpeg très propres (même si je shoote en raw, avoir un beau jpeg en sortie directe d’appareil est pratique pour le partage instantané sur les réseaux sociaux, les applications de retouche n’ayant pas la puissance de Lightroom sur un format raw…).

A l’instar du Gx7, l’EM-5 II coûtait près de 1200€ à sa sortie en 2015, et son prix a en revanche moins baissé (même si en étant très patient, on peut comme je l’ai fait le trouver d’occasion dans un état quasi neuf pour moins de 500€ !).

L’EM-5 II en résumé

Les +

  • viseur très grand et précis
  • écran totalement orientable
  • stabilisation sur 5 axes
  • nombreuses touches personnalisables bien pensées
  • flash amovible (« pour moi qui n’aime pas ça », vous connaissez la suite… :D)
  • bouton de blocage de la molette de sélection de mode (qi fait cruellement défaut au Gx7)
  • deux molettes de réglages (ouverture / vitesse et exposition) + présence d’un levier pour dédoubler les fonctions de ces molettes
  • ergonomie parfaite (grip en façade + grip pour le pouce)

Les –

  • menus très fournis, qui entraîne une bonne complexité lorsqu’on recherche une fonction ou un réglage précis(e)
  • poids (si l’on doit comparer aux deux précédents, mais ça se joue à peu de choses par rapport au Gx7)
  • vidéo full HD (un défaut par rapport au Gx7 qui propose de la 4k, suffisant pour moi : je ne filme pas pour le cinéma, même s’il est plus confortable parfois de pouvoir rogner un plan sans perte de qualité…)
  • un peu long à l’allumage (en comparaison des deux autres, est-ce une spécifité Olympus ? si vous avez déjà pu comparer un hybride hybride Olympus avec un Lumix, je serais curieuse d’avoir votre ressenti)

Conclusion

Le Lumix Gm5 est un bon hybride amateur, parfait si l’on veut un appareil très compact sans pour autant rogner sur les performances (contrairement à un vrai compact), en ça il est beaucoup plus intéressant qu’un compact, qu’un bridge ou même qu’un reflex débutant (comme le Pentax K-r qui l’a précédé). Attention cependant car sa compacité le rend très fragile, il ne sera pas aussi robuste qu’un hybride un peu plus épais, et si c’était à refaire je réfléchirais certainement à ce que changent 200 grammes de plus au quotidien (= pas grand chose, on reste loin du poids d’un reflex). Mais il ne boxe pas dans la même catégorie que les deux autres…

EM-5 II vs Gx7
Dans mes mains, l’EM-5, dans celles de Romain, le Gx7.

Le Lumix Gx7 est un très bon choix pour qui souhaite s’orienter vers la photo de manière plus experte, voire vers la vidéo (grâce à la 4k). Il dispose d’un très bon rapport qualité / prix (neuf comme d’occasion). Il est agréable à prendre en main, bénéficie de nombreux avantages (dont la stabilisation sur 2 axes) rendant son utilisation particulièrement appréciable en voyage et en photo de rue. Par contre, si vous avez de gros doigts, vous vous énerverez assez facilement sur le déplacement inopiné de la molette de réglage des programmes, mais ça peut être le prix à payer pour qui souhaite remplacer son reflex par un appareil tout aussi performant (sinon plus selon les modèles) et tout de même léger.

L’Olympus EM-5 mark II est une option à envisager si vous souhaitez un hybride expert presque semi-pro, à peine plus encombrant que le Gx7 (avec un poids très voisin). Certes il ne permet pas de filmer en 4k mais la full HD est suffisante pour un export web, et ses nombreuses autres fonctionnalités (écran orientable, viseur d’excellente qualité, stabilisation 5 axes) le rendent optimal en photo comme en vidéo, dans des conditions de voyage, de photo de rue voire professionnelles.

Il est un peu meilleur « sur le papier » que le Gx7, mais d’un point de vue strictement ergonomique, il y a également de quoi le préférer. En matière de performances, je pense qu’ils ne sont au final pas si éloignés l’un que l’autre, à deux ou trois détails près qui peuvent justifier la légère différence de prix (dans un sens comme dans l’autre). A vous de voir en fonction de votre affinité avec une marque plutôt qu’avec une autre (ceci dit je pensais adorer Lumix et au final je suis plus que ravie du changement, qui l’eût cru !) et bien sûr, de la prise en main.

Hola! Moi c'est Fanny, 29 ans.
J'adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif…

8 commentaires sur “Comparatif d’appareils photo hybrides : Lumix Gm5 vs Lumix Gx7 vs Olympus OMD Em-5-II

  1. Merci pour ces explications très fournies et détaillées sur ces trois hybrides ! On ressent les performances de ces appareils grâce à la qualité de tes photos, d’ailleurs c’est toi qui m’a convaincue d’opter pour un hybride plutôt que pour un réflex, et je ne regrette pas car je trouve ce format infiniment plus pratique sans léser sur la qualité ! 🙂 Donc un grand merci ! Gros bisous !

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ma belle ! Je suis ravie d’avoir pu t’aider à choisir entre les deux, et d’autant plus si tu es contente de ce choix 🙂 Pour ma part comme tu t’en doutes j’aurais bien du mal à revenir au reflex, d’autant qu’aujourd’hui les capteurs full-frame investissent aussi les hybrides avec les Sony A7… Beaucoup sont convaincus que les hybrides remplaceront à terme les reflex 😉

  2. Merci pour cet article, je suis à la recherche d’un appareil photo qui fait aussi bien des vidéos qu’il fait des photos ! Et je n’ai pas non plus envie de m’encombrer avec un réflexe. Je vais aller voir les prix de ces trois appareils ! 🙂

    Des bisous, Lisa

  3. C’est marrant j’ai fait des recherches la semaine passée, qui m’avaient aussi orientée vers ces choix… Il ne me manquait plus qu’un témoignage plus « affectif » et dans l’utilisation réelle au quotidien :-). Je pense opter pour l’Olympus d’ici quelques mois, Merci pour cet article très bien écrit et très detaillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *