Réveiller son odorat à Paris : les bonnes adresses

Catégories Bonnes adresses
réveiller son odorat à paris

Alors oui, comme ça, le titre sonne un peu provoc’. Parler d’odorat, à Paris ? C’est ironique ? Et non, même pas, j’ai vraiment profité de ma semaine là-bas pour donner un peu de plaisir à mes sens, et en particulier à celui-ci. Evidemment, pas dans le métro, ni dans certaines rues, je suis une curieuse olfactive mais j’ai quand même mes limites…

Ceci dit, j’ai quand même respiré de très bonnes odeurs à travers les différentes adresses testées (mais j’y reviendrai dans le prochain article) et quelques jolis parcs. Mais en vérité, étant très intéressée par le Parfum avec un grand P, j’ai choisi d’orienter une partie de ma semaine parisienne autour de cette thématique. Je ne dirais pas que je suis une véritable afiocinada car je reste très mauvaise dans l’identification des odeurs (comme cette semaine me l’a confirmé…) et mes connaissances restent encore limitées, mais j’essaie d’en apprendre davantage année après année sur le sujet.

J’ai ainsi profité de l’ouverture récente du Grand Musée du Parfum pour réviser et enrichir mes connaissances, ainsi que réveiller mon odorat. Par la suite j’ai visité aussi l’exposition de la jolie boutique Guerlain des Champs-Elysées. Ma visite du musée Fragonard était programmée pour la fin du séjour mais je n’ai finalement pas eu le temps, c’est donc un rendez-vous manqué… Quant à l’Osmothèque, elle était fermée en août (pas de visites), dommage.

Mon (petit) parcours

C’est un compte-rendu un peu tronqué que je propose donc, mais je le complèterai en seconde partie par quelques adresses complémentaires pour ceux et celles que le sujet intéresse.

Le Grand Musée du Parfum de Paris

73, rue du Faubourg Saint-Honoré – Paris | Site web

Ce musée est vraiment original, car il propose une collection d’odeurs et un retour très complet sur ce qu’est le parfum, depuis sa naissance à nos jours, et à travers sa création, son utilisation, ses évolutions.

On commence la visite par le rez-de-chaussée, qui offre premièrement un aperçu rapide et original de duos de personnalités historiques pour lesquelles le parfum a revêtu une réelle importance au cours de leur vie (par exemple Cléopâtre et Antoine, Napoléon et Joséphine…). Cette approche historique permet de remonter le cours du temps et d’ouvrir sur la salle suivante, qui retrace l’histoire du parfum et des objets qui lui sont liés (pomanders, flacons…) tout en permettant de commencer, déjà, à sentir. Le visiteur est ici familiarisé avec quelques uns des grands noms qui ont fait (et font) les plus belles heures de la parfumerie française : Guerlain, Chanel, Dior, Hermès, Yves Saint-Laurent, Roger & Gallet, Serge Lutens, Annick Goutal, Frédérique Malle…

Au premier étage, on commence à (r)éveiller notre odorat autour des familles de senteurs (bois, agrumes, fruits, fleurs…) et l’objectif est de tenter de les distinguer les unes des autres. On commence un peu plus loin à comprendre davantage le processus de reproduction / évocation d’une odeur précise. On apprend entre autres que notre nez n’est pas capable de tout sentir, il y a donc parfois des odeurs qui restent imperceptibles pour certains d’entre nous. Ainsi, à deux reprises le visiteur est amené à indiquer s’il a pu sentir ou non une odeur. L’une des dernières activités proposées à cette étage est un jeu de reconnaissance d’odeurs en duo, une sorte de « blind-test olfactif » qui avait l’air vraiment amusant. Je n’ai pas pu le faire car j’ai visité le musée seule et sans autre personne que moi dans les salles la plupart du temps (l’avantage de visiter un musée thématique dès l’heure de l’ouverture, en plein milieu de la semaine et en été, s’est un peu retourné contre moi à ce moment-là – mais l’ensemble de ma visite a été tellement paisible que je ne regrette pas…).

grand musée du parfum Paris

Au dernier étage, on entre dans le quotidien du parfumeur et on est amené à découvrir comment il travaille, où il puise son inspiration et quelles sont les principales matières premières utilisées. Une magnifique installation permet de sentir une sélection des nombreuses odeurs « de base » que l’on trouve dans n’importe quel bureau de parfumeur (qu’elles soient naturelles ou de synthèse), comme par exemple la lavande, la fleur d’oranger, la bergamote, l’iris, le jasmin, la tubéreuse, la rose absolue, la cardamome, le patchouli, le vétiver, le santal, l’oud, la vanille, la fève tonka, l’aldéhyde C11, le methylionone etc. Pratique pour savoir ce que l’on aime ou pas, je regrette de ne pas les avoir ressenties toutes une fois un stylo à la main pour prendre quelques notes (mais j’y retournerai sûrement un jour tant ça m’a plu).

grand musée du parfum Paris

En fait, tout au long de la visite il est possible avec le smart-guide fourni d’indiquer si telle ou telle odeur nous a plu, et de retrouver une liste de nos senteurs préférées à la fin de la visite. Manque de bol, le mien s’est mis en veille et je n’ai pas su le raviver (#pasdouée), je n’ai donc pas pu profiter de cette expérience-là. J’ai juste noté que l’oud et la fève tonka m’avaient particulièrement attirée, là où j’ai eu la surprise de ne pas trop apprécier le bois de santal, pourtant présent dans nombre de mes parfums (comme quoi déprécier une odeur ne doit pas décourager de sentir un parfum – par exemple, la note de tête anisée de l’Heure Bleue aurait pu me faire passer à côter de ce parfum magique…). J’ai mieux compris mon amour pour le petit-grain (qui est en fait le nom donné à l’essence de feuille de citronnier – tout s’explique !), et confirmé celui pour la bergamote, la vanille et le jasmin.

Pour conclure, j’ajouterai que de nombreuses vidéos sont présentes tout au long du parcours, et que l’on soit novice ou passionné, on y apprend une foule de choses. Pour info, en prenant le temps de tout voir, et de sentir voire re(s)sentir, j’y suis restée 3h !

La boutique Guerlain des Champs-Elysées

 68 avenue des Champs-Elysées – Paris | Site web

Guerlain est une maison de parfumerie riche de plus d’un siècle d’existence (année de création :  1828) ! L’abeille que l’on retrouve en filigrane sur plusieurs flacons et comme logo a en effet habillé la première eau de Cologne de la marque, destinée à l’Impératrice Eugénie pour ses noces avec Napoléon III (rien que ça…).

Cette adresse des Champs-Elysées, parmi les plus historiques de la marque, a été rénovée en 2013 avec l’aide d’architectes et artisans d’art. Pour la beauté des lieux et l’expérience sensorielle proposée, une petite visite vaut vraiment le coup !

musée guerlain champs elysees

Au rez-de-chaussée, on découvre tout d’abord un cadre sublime (que je regrette de ne pas avoir plus photographié dans son ensemble) ainsi que les collections exclusives de Guerlain que sont « Absolus d’Orient’ et « Les Parisiennes » (j’ai eu notamment un coup de coeur pour le parfum Liu, qui m’a évoqué l’Heure Bleue, mais mon porte-feuille a fait mine de ne pas s’en rendre compte -et vu le prix, je le comprends…).

Dans la partie de gauche avant la boutique normale, de jolies étagères montrent les essences pures utilisées pour concevoir certains des plus grands parfums de la marque : bergamote, néroli, vanille, jasmin, rose et j’en passe…

musée guerlain champs elysees

Une fois à l’étage, avant un espace-salon où l’on découvre des photographies en noir et blanc de différentes égéries Guerlain (dont Catherine Deneuve), on peut admirer les parfums les plus exceptionnels de la marque (des flacons dont la taille ou la richesse font monter les prix à 5 chiffres !) ainsi qu’une collection des plus anciens parfums de la marque (admirez des flacons et éditions disparues de parfums de la fin du XiXème siècle et du début du XXème !). Juste à côté, on trouve une série de produits dérivés de luxe.

musée guerlain champs elysees

Dans la dernière pièce, il est possible de sentir les parfums les plus emblématiques, parmi lesquels La Petite Robe Noire, Shalimar, Les Jardins de Bagatelle, Aqua AllegoriaL’Heure Bleue, Mitsouko, L’Instant de Guerlain, L’Homme Idéal, JickyHabit Rouge… Plus original et plus intéressant (les précédents pouvant être sentis dans n’importe quelle parfumerie), un corner est dédié aux « Exclusifs », qui comme leur nom l’indique, ne sont jamais vendus en-dehors des boutiques Guerlain : Cuir Beluga, Songe d’un Bois d’Eté… Pour finir, un espace est dédié à la personnalisation de flacon (et la déco y est juste magnifique !).

musée guerlain champs elysees

musée guerlain champs elysees

Pour aller plus loin

Il y a encore bien d’autres beaux lieux à voir autour du Parfum à Paris (vivement ma prochaine visite !).

Le Musée Fragonard

 3-5 Square de l’Opéra Louis Jouvet – Paris | Instagram | Facebook | Site web

Situé dans un hôtel particulier du XIXème siècle, ce petit musée propose un voyage à travers l’histoire du parfum ainsi qu’une collection d’objets de parfumerie. Pour ceux et celles que l’univers du parfum intéresse, je ne peux que conseiller la visite (guidée et gratuite) qui y est proposée et que j’étais sensée faire lors de mon séjour. Il est même possible d’assister à différents ateliers (parmi lesquels un atelier découverte « apprenti-parfumeur »), payants cette fois.

Les Salons du Palais Royal – Serge Lutens

  142 Galerie de Valois – Paris | Instagram | Facebook | Site web

Violet et noir y dominent, et font entrer directement le visiteur dans l’univers de Serge Lutens, pourtant assez large. Ses parfums évoquent mysticisme et orientalisme et s’ils ne font pas forcément l’unanimité, toujours ils surprennent par leur originalité (et la poésie de leur nom). Le flacon est toujours identique d’un parfum à l’autre, très sobre. Ceux du Palais Royal sont grands et arrondis, tandis queles flacons dédiés à la collection « export » (que l’on retrouve dans certaines parfumeries) sont plus petits (donc plus abordables) et rectangulaires.

Le parfum le plus emblématique de Serge Lutens est Féminité du Bois (qui à l’époque de sa sortie était distribué sous la marque Shiseido). Ambre Sultan est également très réputé (il est d’ailleurs dans les tiroirs de l’amoureux), ainsi que Un Bois Vanille. Pour ma part j’ai eu un véritable coup de coeur pour Chergui, et en possède d’autres (mais j’y reviendrai dans un prochain article).

L’Osmothèque

 36 rue du Parc de Clagny – Versailles | Site web

Le Patrimoine Mondial de la Parfumerie étant très riche, il était nécessaire de créer un lieu pour rassembler le maximum de parfums, c’est pourquoi l’Osmothèque a vu le jour en 1990. Il s’agit en fait d’une association, dont la directrice est Patricia Nicolaï, à l’origine des parfums du même nom.

L’Osmothèque est une sorte de temple destiné à garder une trace des parfums d’hier et d’aujourd’hui, pour certains déjà disparus (discontinués). A ce jour, elle en recense plus de 3200. Au-delà de cette mission de conservation qu’elle s’est donnée, l’Osmothèque a également pour objectif de transmettre des connaissances autour de l’univers du Parfum. Dans ce but, elle propose tout au long de l’année des visites, ateliers et conférences.

Pour les Journées Européennes du Patrimoine, ce lieu ouvrira ces portes le samedi 16/09 de 10h à 17h, pensez-y pour une visite originale et sûrement très intéressante !


Je partagerai prochainement un nouvel article autour du Parfum, en abordant ceux qui me plaisent le plus et pourquoi.

Et vous, avez-visité le Grand Musée du Parfum de Paris ? Quelles sont vos odeurs favorites dans la vie de tous les jours, et que vous souhaiteriez retrouver en parfum ?

Hola! Moi c'est Fanny, 29 ans.
J'adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif…

10 commentaires sur “Réveiller son odorat à Paris : les bonnes adresses

  1. Hello Fanny !

    Super intéressant cet article 🙂 J’ai bien envie de visiter le Grand Musée du Parfum ! Quant à la boutique Guerlain des Champs Elysées, je suis passée des dizaines de fois devant, ça semble somptueux, sans oser y entrer… peut-être la prochaine fois ?

    À très vite,
    Estelle

    1. Franchement le Grand Musée du Parfum, j’ai même hâte d’y retourner (avec Romain, cette fois) 😉 La boutique Guerlain j’ai hésité un peu j’avoue avant d’entrer (je me sens vraiment en décalage total au moment devant ce genre d’enseignes ^^), mais le vigile nous a incités à passer la porte, et… waouh, c’est juste superbe, autant le bâtiment que les petits flacons partout. J’y serais bien restée encore plus longtemps à tout admirer et sentir, mais nous y sommes rentrés peu avant la fermeture). Un conseil, n’hésite pas ! 😉

  2. Je ne connaissais même pas l’existence de ce musée sur Paris, je trouve le thème tellement intéressant en plus ! Ca doit être un véritable voyage du sens comme tu dis, merci de retracer cette expérience en tout cas 🙂 Je connais seulement la boutique Guerlain des Champs Elysées, qui est en effet magnifique, quoi qu’un peu intimidante de mon humble avis (avoir une maman fan de la marque qui demande toujours la Petite Robe Noire comme cadeau n’a pas aidé haha). Gros bisous !

    1. Ce musée a ouvert en décembre dernier, c’est donc assez récent et son ouverture n’a peut-être pas eu beaucoup d’impact à cette période-là (fêtes de fin d’année) ? C’est vrai que la boutique Guerlain est un peu intimidante, mais elle est vraiment superbe ! J’aime beaucoup cette marque, mais j’en parlerai dans mon prochain article sur le sujet 😉

  3. Une belle découverte, je ne connaissais pas ce musée et je ne savais même pas qu’on pouvait entrer dans la boutique Guerlain… jamais osé hihi je suis une mauvaise parisienne 🙂 Mais ça donne envie en tout cas, ça change des musées habituels !
    Des bisous

    1. En effet et si on est intéressé par l’univers du parfum ce sont vraiment deux sites incontournables (comme ceux mentionnés en fin d’article) ! Cela fait partie du charme de Paris, beaucoup d’activités insoupçonnées 🙂

    1. Merci beaucoup ! N’hésite pas à revenir donner ton avis quand tu les auras visités ou même un lien si tu les évoques dans un article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *