Menu
0
Occitanie

Rando autour de Montpellier : Cirque de Mourèze / Lac du Salagou

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une superbe rando un peu imprévue. On partait à l’origine pour une journée autour du Cirque de Mourèze et du Lac de Salagou, avec l’envie de nous rendre aussi à Saint-Guilhem-le-Désert et au Pont du Diable situé tout près (dont je vous reparlerai tout bientôt).

Ce qui devait être donc une petite marche de 15 minutes pour admirer le terrain sauvage du Cirque de Mourèze (pour laquelle j’avais heureusement emporté mes chaussures de sport, me doutant que le terrain serait certainement moins approprié à mes autres chaussures) s’est transformé en randonnée de 3 heures (hors temps de pause photo et grignotage d’amandes).

Nous avons réussi à profiter pleinement de notre journée en réalisant cette randonnée en plein cœur d’un paysage magnifique, tout en visitant tout ce que nous souhaitions et en prenant le temps aussi de nous reposer un peu (lors du pique-nique au lac du Salagou pour le midi, et en se posant à un café dans l’après-midi à Saint-Guilhem). Une journée parfaite !

Cirque de Mourèze

En prenant la boucle depuis Mourèze, le parking est payant (3€, sachant que le ticket est valable 6 mois) mais le stationnement est peut-être possible plus loin (comme on louait une voiture, on a choisi une place bien balisée histoire de ne pas avoir de soucis). Le village de Mourèze est très mignon, nous l’avons plutôt traversé tranquillement au retour (cf photos plus bas).

Pensez bien sûr à prévoir de l’eau, de bonnes chaussures et de quoi redonner des forces une fois au sommet (car la descente sera tout aussi sportive !), et puis pourquoi pas un appareil pour immortaliser tout ça ! Pour notre part, nous étions particulièrement équipés en la matière (métier-passion oblige !), puisque nous avons emporté un hybride numérique (avec 1 zoom et 1 focale fixe supplémentaire) et deux appareils argentiques (à focale fixe 50 mm). C’est pourquoi, comme c’est souvent le cas depuis plus d’un an maintenant, vous trouverez des photos précisées comme étant « argentiques ».

Au pays des dolomites

Nous sommes partis du village de Mourèze pour ce qui est devenu, au fil de la marche, une boucle d’environ 7,5 km avec 425 m de dénivelé, de difficulté moyenne (notez que certains passages sont assez physiques en montée ou descente car très raides).

Ce parcours était donné comme difficile par le personnel du parking de Mourèze, mais nous avons bien fait de poursuivre en nous disant que dans le pire des cas, nous rebrousserions chemin, car nous en avons tout à fait été capables (et pourtant je ne suis pas du tout l’archétype de la femme sportive, plutôt celui de celle qui sort d’un an de confinements successifs avec compensation culinaire…).

Si vous avez donc un minimum de forme et pas peur de descendre certaines pentes bien raides en vous retenant aux branches des arbres, ne manquez pas ce parcours incroyable ! Je vous le déconseille par contre clairement en cas de grosse chaleur (l’ombre peut s’y faire assez discrète) et par temps de pluie (terrain argileux compliqué à gravir si mouillé) : optez pour le printemps et l’automne (ou bien une période fraîche d’été), si vous avez le choix.

cirque-de-moureze

Ce paysage dit « ruiniforme » a montré des traces d’habitat remontant à la Préhistoire, et a aussi longtemps été un terrain de « jeu » idéal pour les bergers. Les dolomites sont ces roches énormes aux formes incongrues, composées de calcite et surtout de dolomite, d’où leur nom.

Tout le charme de la Provence s’apprécie dans cette flore méditerranéenne bien typique de la garrigue. Friande de calcaire, elle borde les chemins et les dolomites que l’on admire tout au long du parcours : thym, romarin, bruyère multiflore, genêt, buis, arbousier, genévrier, ciste, olivier, chêne, ajonc, pistachier, aphyllanthe de Montpellier, pin…

Photos argentiques

Voici quelques unes des photos argentiques prises pendant l’ascension et la descente (évidemment, pas dans les parties les plus physiques : dans les pentes plus raides, je protège mes appareils dans mon sac-à-dos pour éviter de les avoir qui pendent dès que je me penche !).

Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Pentax ME + 50 mm f/1.7 (Ilford Pan F 50)
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Kodacolor

Ascension du Mont Liausson et vue sur le lac du Salagou

Comme je le disais, après quelques bonnes montées bien raides (mais pas infaisables avec quelques courtes pauses pour reprendre son souffle), la récompense est au bout du chemin (derrière des buissons) : la vue sur le lac du Salagou, que l’on a prévu d’aller voir plus tard !

Ces photos au sommet ont été uniquement prises avec l’appareil argentique qui contenait une pellicule couleur (la noir et blanc ayant été moins réussie, comme vous pouvez le constater plus haut). C’était l’occasion aussi, une fois posés, de la finir et de la remplacer par une nouvelle.  

On grignote quelques amandes en reniflant une bonne odeur de thym environnante, Romain fait un croquis  rapide histoire de puiser de l’inspiration pour Aveliana dans le paysage qui se trouve sous nos yeux, et on amorce la descente (un peu corsée au début) tout en étant toujours entouré par les odeurs de thym et de romarin. 

Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Ektar 100
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Kodacolor
Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Kodacolor

Village de Mourèze

À ne pas manquer au retour, la traversée du mignon village de Mourèze. Ce dernier possède un four à pain, une fontaine, et de bien jolies rues bordées de maisons de pierre et de temps à autre noyées sous une végétation luxuriante : le tout a tellement de charme !

Les 3 photos ci-dessus ont été prises avec un appareil argentique (Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Kodacolor)

Lac du Salagou

Après avoir quitté Mourèze, cap sur le lac du Salagou pour reprendre des forces et faire un pique-nique bien mérité ! Au menu, feuilletés aux légumes, rouleaux de printemps fruités et de fines tranches de cornbread (le tout, fait maison) : un régal que l’on s’accorde en admirant la vue plutôt singulière (et en étant survolés d’assez près par un drone, ce qui a un peu gâché le tableau pourtant si idyllique).

Le lac du Salagou est un lac créé artificiellement dans les années 60, à partir d’une rivière. Sa superficie est importante (750 hectares pour 7 km de longueur), ce qui entraîne son étalement sur plusieurs communes (dont Clermont-L’Herault, Liausson…). 

Les couleurs ici sont superbes : tous ces tons terreux mélangés à une végétation particulière en font un lieu un peu hors du commun. La couleur du sol, constitué d’une roche rouge argileuse appelée « ruffe », est due à la forte présence d’oxydes de fer. On peut également admirer des « cheminées basaltiques », ces roches qui se dressent vers le ciel et dominent la végétation alentours.

J’ai lu que plusieurs scènes de films avaient été tournées ici, ce qui ne m’étonne pas tant le paysage se prête au domaine du cinéma : parmi elles, des scènes pour les films cultes « RRRrrrr!!!  » d’Alain Chabat et « Calmos » de Bertrand Blier. 

Time for picnic!

J’en profite pour vous glisser ici deux idées de recettes pour des rouleaux de printemps (on avait prévu un petit bocal en verre avec un peu de sauce nuoc mam pour les tremper).

  • carotte, truite, fève, concombre et vermicelles
  • mangue, concombre, fève, éclats de gingembre frais et vermicelles (option végétarienne)
Un sol étonnant !

Pour les personnes que ça intéresse, de nombreuses activités de loisirs et sportives (nautiques mais aussi VTT, équitation, chasse au trésor, course d’orientation…) sont possibles au lac du Salagou : il faut dire qu’il y a près de 30 km de pistes !

A droite : une cheminée basaltique

Il commençait à faire plutôt chaud (une les premières journées à 25° du printemps, qui passerait maintenant pour « fraîche » étant donné les températures subies depuis, sans compter celles à venir), nous n’avons donc pas fait tout le tour du lac, mais nous aurons (je l’espère bien) l’occasion d’y revenir pour l’admirer davantage (et si possible, tôt le matin ou tard le soir, pour y voir une lumière plus douce) !

Les deux photos ci-dessus ont été réalisées avec un appareil argentique (Canon Av-1 + 50 mm f/1.8 – Kodacolor)

Nous avons poursuivi notre route vers Saint-Guilhem-du-Désert et le Pont du Diable (aperçu en route mais gardé pour la fin de journée, une fois la masse de visiteurs partie). Je vous reparlerai de ce magnifique village bientôt, et du lieu insolite qu’est ce pont un peu plus tard (mais je n’oublie pas, promis). En attendant, n’oubliez pas que vous pouvez en avoir déjà un aperçu en me suivant sur Instagram.


Donnez une harmonie à vos photos avec mes presets Lightroom pour PC ainsi que pour l’application mobile gratuite !

A propos

Hello et bienvenue ! Je suis Fanny, photographe de 32 ans. J'adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif… Originaire de Charente-Maritime, j'ai vécu dans différentes villes en France et à l'étranger (Espagne et Etats-Unis) depuis ma majorité. J'ai emménagé en août 2020 à Montpellier.

2 Commentaires

  • Amélie
    3 juillet 2021 at 20 h 40 min

    Ça fait un moment que j’ai envie d’aller me promener du côté du lac de Salagou !
    Merci pour ces belles photos xxx

    Répondre

Me laisser un commentaire