Quotidien

Retrouver le charme du stylo-plume

2 mars 2018
écrire à la plume

Je me suis mise très récemment à réécrire au stylo-plume. J’ai en effet toujours préféré mon écriture avec cet outil mais je n’avais plus de stylo-plume adapté à ma main et à mon écriture. J’en empruntais un dont la plume trop fine accroche de surcroît le papier, j’ai fini avec les années par ne plus y toucher…

Revenir au stylo-plume, quel intérêt ?

Au-delà de l’attrait exercé par l’objet (à mon sens plus esthétique qu’un stylo-bille), j’adore le confort et le plaisir d’écriture qu’il procure. Une plume qui glisse sur le papier, c’est moins de fatigue en cas de longue session d’écriture, et cela permet de suivre plus rapidement le fil des pensées. Une plume de bonne qualité valorise notre écriture et comme elle s’adapte à elle avec les années, nos écrits deviennent d’autant plus stylisés.

Par ailleurs, écrire au stylo-plume c’est une manière de revenir à un produit plus respectueux de l’environnement.

Un stylo-plume fonctionne de différentes manières, la plus connue étant le système de cartouches. Ce dernier permet de consommer moins de plastique ou de métal qu’un stylo-bille, puisqu’on ne remplace pas l’ensemble du stylo mais simplement une partie. Ceci dit, j’en entends qui me disent : « oui, mais la cartouche pollue toujours ». Et oui, c’est vrai, cela reste pénible et polluant, comme système. Mais saviez-vous que l’on peut s’en passer ? Il existe d’autres systèmes pour amener de l’encre à stylo-plume et donc d’autres solutions.

  • solution 1 (budget important) : opter pour un stylo-plume à piston intégré.  Ces modèles se retrouvent le plus souvent dans du haut de gamme (à part un modèle que je vous précise en fin d’article), il faut donc prévoir un budget au-delà de 100€.
  • solution 2 (petit budget) : opter pour un convertisseur (entre 5 et 7€) de la marque du stylo-plume ou pour un convertisseur universel, afin de combler l’absence d’un piston intégré (bien vérifier la compatibilité avec le stylo-plume).
  • solution 3 (dite « YOLO », pour très faible budget) : remplir à la seringue une cartouche vide (compatible), à partir d’un pot d’encre.

Personnellement, j’ai opté pour le deuxième solution, pour plus de praticité au quotidien.

Comment choisir un stylo-plume ?

Il en existe pour tous les budgets, et tous les utilisateurs (débutants – avancés – confirmés). Depuis les stylos-plumes en plastique de notre enfance (Reynold, Waterman, Parker…) aux stylos-plumes haut-de-gamme parfois en laiton ou or (Pelikan, Mont-Blanc, Von Faber-Castell, Sheaffer, Pilot, …), il y a de quoi perdre la tête.

La plume

Les stylos-plumes peuvent posséder une plume en acier ou en or. Dans le second cas, elle sera forcément plus qualitative, et plus souple aussi, permettant plus de style et s’accommodant davantage à l’écriture de son propriétaire. Les plumes en acier, lorsqu’elles sont de qualité, offrent cependant un confort intéressant et suffisant, à moins d’être un grand amateur de plume.

Il existe plusieurs tailles de plumes, et plusieurs styles aussi. Certaines sont destinées à un usage calligraphique (elles sont souvent différenciées par un chiffre -correspondant au diamètre de la pointe- plutôt que par une lettre, et portent la mention « italique »), d’autres à un usage « normal ». Pour ces dernières, différentes lettres permettent de distinguer l’épaisseur de la pointe : EF (Extra-Fine), F (Fine), M (Medium), B (Bold = Large), BB (Double Bold = Extra-Large).

Le choix de la plume se fait en fonction de notre style d’écriture : si celle-ci est très serrés, on se dirigera plutôt vers une plume fine ; si au contraire on trace nos lettres de manière très aérée, il vaut mieux opter pour une plume medium à Bold.

Le corps

Fin, très rond, avec plus ou moins d’accroche (présence d’un grip ou non), en aluminium ou autre métal (donc plus froid au toucher), en bois (assez coûteux), en plastique… Ce choix est assez personnel.

L’encre

Si elle ne fait pas directement partie du choix d’un stylo-plume, l’encre a son importance. Le choix est plutôt vaste, mais rappelez-vous de ne jamais utiliser d’encre de Chine dans un stylo-plume, au risque d’en boucher les conduits !

Le système de remplissage

Comme je l’ai évoqué plus haut, celui-ci peut-être à piston, à cartouches précises (de la marque du stylo-plume, comme les Lamy ou Parker par exemple), ou encore à cartouches universelles. A vous de voir ce qui vous convient le mieux. Les cartouches jetables ont une capacité plus grande mais sont polluantes et offrent un choix de couleur plus restreint, tandis que les réservoirs des convertisseurs permettent de stocker moins d’encre mais sont réutilisables et ouvrent la porte à une palette de couleurs bien plus large. Entre les deux, le réservoir du piston intégré stocke davantage d’encre que celui du convertisseur mais est aussi un peu moins pratique à remplir.

écrire à la plume

Prendre soin du stylo-plume

Juste quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises : après utilisation, il vaut mieux toujours reboucher un stylo-plume. Pour le nettoyer (changement de couleur d’encre ou entretien régulier), il existe deux techniques majeures, pour lesquelles il faut désolidariser le corps de la tête

  • faire couler de l’eau dans le conduit vers la plume, comme si c’était de l’encre, et attendre que l’eau devienne claire
  • recharger le piston en eau plusieurs fois, jusqu’à ce que la recharge devienne claire
  • laisser « infuser » le stylo-plume tête en bas dans un verre avec un peu d’eau, et changer celle-ci jusqu’à ce qu’elle soit claire.

Pour nettoyer le fond du bouchon, y enfoncer un petit morceau de tissu et le frotter / retirer avec une pince à épiler (ou autre pince pratique de ce genre).

Mon choix de stylo-plume

J’ai opté pour ma part pour le Lamy Safari doté de la plume M. Il s’agit d’un très bon rapport qualité-prix (ce stylo coûte une vingtaine d’euros). Bien sûr, je ne cacherai pas que la matière qui la constitue n’est franchement pas écologique : il s’agit de plastique très résistant, (comme dans les Lego). Ceci dit, ce stylo-plume est fait pour durer et ne pas être renouvelé tous les quatre matins, ce qui rejoint quand même ma démarche de moins gaspiller et de moins (r)acheter. Je préfère cette solution que les énièmes stylos-billes vidés, abîmés ou même égarés (car oui, l’avantage apporté par un outil d’écriture qualitatif, c’est qu’on y fait forcément plus attention qu’à un vulgaire stylo-bille).

En plus de ce stylo-plume, je me suis également procurée un pot d’encre noire (environ 8€) ainsi qu’un système à piston (environ 5€). Je souhaiterais me procurer également une plume calligraphique (la italique 1.5) car le modèle Safari possède cette possibilité assez géniale de permettre de changer de plume au gré de ses besoins / envies. Je vous avoue que le dernier point est un plaisir personnel qui me permettrait de revenir à un passe-temps que j’appréciais beaucoup plus jeune sans être obligée de le pratiquer en intérieur (j’y reviens plus bas). Avec le Lamy Safari et ce système (présent sur la plupart des modèles Lamy), on se dirige vers moins de gaspillage : si la plume s’abîme, le corps lui, peut être réutilisé avec une autre (et si l’on perd le bouchon, il peut être également racheté : certes, les prix des accessoires ne sont pas donnés, mais ça reste une option pratique et bien vue pour ne pas « périmer stupidement » le stylo).

Pour un peu moins de 35 euros, j’ai un système très complet qui me permet d’écrire au quotidien de manière plus écologique qu’avec des stylos (je ne cache pas que j’en ai quand même un bon paquet à finir avant que le plume ne soit à peu près exclusif). Il me suffira de racheter de l’encre quand le pot sera vide (et 50 mL, ça va durer un moment….).

Pour ceux (celles) qui se disent qu’une couleur, c’est un peu juste, dans ce cas rien n’empêche d’attribuer un duo « tête de stylo plume + réservoir à piston » à une couleur, et un second duo identique à une autre couleur, toujours avec le même corps de stylo. La tête de plume est un élément plus large que la plume elle-même, qui peut être acheté directement sur le site de Lamy (et qui apporte l’avantage de ne pas devoir être lavé entre deux teintes si on lui en attribue une spécifique).

Je pense également, grâce au pot à encre, me resservir de mes porte-plumes et quelques plumes que je garde avec moi depuis l’adolescence (et mes premiers essais à la calligraphie). Bien évidemment, pour l’extérieur le stylo-plume reste tout indiqué, mais quand je suis devant mon bureau et que je veux prendre le temps de réaliser un écrit de manière soigneuse (bullet journal, écritures dans le carnet d’aquarelle etc.), le porte-plume est une alternative très chouette ! J’ai refait quelques essais, mais il me faudra pratiquer davantage pour arriver à un résultat correct.

écrire à la plume

Les alternatives (pour débuter / reprendre le stylo plume)

Il existe d’autres modèles apparemment aussi intéressants que celui pour lequel j’ai opté. Tout dépend de vos affinités (avec ou sans piston, système de cartouches universels ou propriétaires) et de votre budget, mais attention, les plumes ne sont pas forcément amovibles, renseignez-vous bien sur un modèle s’il vous intéresse !

A partir de plusieurs comparatifs, j’ai sélectionné les modèles ci-dessous : libre à vous de vous renseigner davantage, il s’agit simplement de quelques pistes…

  • Waterman Hemisphère (environ 70€) : une plume en plaqué or, un corps résistant (inox). Froid au toucher, design classique.
  • Pilot Metropolitan (15 à 25€) : plume plutôt fine (comme les plumes japonaises en principe), style très classique et corps en métal de forme bombée.
  • Kaweco Liliput (environ 45€) : petit (10 cm), plusieurs gammes disponibles depuis l’aluminium jusqu’au laiton (à voir au moins pour les yeux, la gamme « fireblue », un laiton passé au chalumeau offrant un résultat unique), pour un fini très soigné et une excellente maniabilité.
  • TWSBI eco (30 à 40€) : un système à piston intégré, un corps translucide, un rapport qualité-prix intéressant.

Et vous, revenir au stylo-plume vous tenterait ou vous a déjà tenté ? Peut-être ne l’avez vous jamais lâché ? Racontez-moi tout !

Hola! Moi c’est Fanny, 29 ans. J’adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif… Je vis en Espagne (Donostia – San Sebastián) depuis plus de 3 ans et déménage fin Mai à Boston (USA) pour de nouvelles aventures !




  • Réagir
    Mariana
    2 mars 2018 at 10 h 22 min

    J’adore le stylo à plume, je l’utilise aussi souvent au travail! D’ailleurs, je suis partie à Venise et ait craquer pour une jolie plume…

    • Réagir
      parenthesecitron
      2 mars 2018 at 10 h 42 min

      C’est tellement agréable ! Tu viens de me donner une chouette idée de « souvenirs » de voyage (moi qui n’en rapporte quasiment jamais, à part du thé, un carnet ou des gateaux) 😉

  • Réagir
    Lirons d'Elle
    2 mars 2018 at 11 h 21 min

    Moi qui aime écrire à la main, je ne peux pas me passer du stylo à plume 🙂

    • Réagir
      parenthesecitron
      2 mars 2018 at 15 h 40 min

      Je comprends, je suis en train de (re)faire pareil !

  • Réagir
    Marion
    2 mars 2018 at 12 h 35 min

    Comme je comprends ton enthousiasme pour la plume ! Quand j’etudiais, je n’utilisais jamais autre chose pour écrire, c’etait tellement plus agréable pour rédiger tous ces kilomètres de dissertations ! C’est vrai qu’on prend un tout autre plaisir à écrire avec le stylo-plume, comme tu le dis si bien ça doit être le plaisir de la jolie calligraphie. Je n’ecris helas plus beaucoup, mais ce qui est sûr c’est que tu as réveillé ma nostalgie et donné envie de reprendre la plume ! ❤ En plus je n’es savais pas qu’il existait autant de modèles différents, ça donne matière à réflexion !

    • Réagir
      parenthesecitron
      2 mars 2018 at 15 h 42 min

      Je ne me souviens plus bien à partir de quelle époque j’ai abandonné le stylo-plume, mais je me souviens de mes premiers essais avec (en CE2 je crois), et plus tard, de mes premiers essais en calligraphie au porte-plume. C’est en effet plus confortable pour écrire longtemps : on a moins besoin de faire pression sur le stylo, donc le poignet et les doigts peuvent être plus relâchés et fatiguent moins 😉

  • Réagir
    Estelle
    2 mars 2018 at 18 h 24 min

    Des souvenirs d’école me reviennent, j’ai toujours le style que procurais l’écriture au stylo plume. J’avais acheté des cartouches bleu clair, verte, rose, violette, pour écrire dans toutes les couleurs !

  • Réagir
    Ornella
    2 mars 2018 at 22 h 47 min

    AAAAAh ça me manque l’usage du stylo-plume !!!

    • Réagir
      parenthesecitron
      3 mars 2018 at 14 h 05 min

      🙂

  • Réagir
    Irène
    3 mars 2018 at 13 h 50 min

    Petite, étant gauchère et ayant sauté la classe du CP, mon écriture a été longtemps catastrophique, jusqu’à ce qu’un instit me donne des cours de rattrapage et me conseille vivement le stylo plume. Révélation ! A partir de la fin du collège, j’étais complimentée sur mon écriture, inimaginable 😀 ! J’écris généralement avec des pilot peu chers à mine assez épaisse (j’aime l’effet semi calligraphie), qui dure étonamment longtemps je trouve, plusieurs années chaque fois (d’ailleurs généralement c’est juste que je les perds). Je m’intéresse justement à des alternatives moins polluantes donc ton article m’a beaucoup intéressée, je vais sûrement essayer une de ces alternatives ! Je ne connaissais pas du tout les convertisseurs

    • Réagir
      parenthesecitron
      3 mars 2018 at 14 h 09 min

      Ça ne m’étonne pas, la facilité d’écriture qu’offre le stylo-plume permet de se concentrer davantage sur les lettres, et le tracé  »à la pointe » plutôt qu »’à la bille » est beaucoup plus valorisant (en général). Avant de faire quelques recherches pour trouver mon stylo-plume, moi non plus je ne connaissais rien des convertisseurs, c’est pourtant bien pratique. Bon il y a un petit coup de main à prendre en une ou deux fois pour le remplissage (je pense que pour la prochaine fois, c’est adopté !), mais ça reste très simple.

  • Réagir
    Chiara
    3 mars 2018 at 14 h 08 min

    Oh c’est un super chouette article ! Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas écris au stylo plume. A chaque fois j’ai l’impression que ça fait des paquets quand j’écris. Mais peut-être que je n’ai pas le bon stylo plume. Après ce que j’aime bien, ce sont les style à encore mais avec une bille au bout. C’est confortable aussi, et j’ai moins l’impression de faire des paquets 🙂 Je m’y remettrai peut-être un jour !

    • Réagir
      parenthesecitron
      3 mars 2018 at 14 h 13 min

      Merci ! Cela peut venir de la qualité de la plume ou de la tête (si l’encre y descend trop vite), ou encore peut-être d’un mauvais maintien du stylo-plume (qui peut lui-même venir de la forme du corps du stylo ou d’une mauvaise habitude). A l’occasion, essaie avec un autre outil pour voir si tu observes le même problème… 😉

  • Réagir
    Bubulle
    9 mars 2018 at 16 h 47 min

    J’ai beaucoup aimé ton article, je suis moi aussi une grande fan des stylo plume et je pense sérieusement à mit remettre. Surtout pour mon Bullet, car pour les cours à la fac je suis sur ordi.

    • Réagir
      parenthesecitron
      9 mars 2018 at 16 h 51 min

      Merci, c’est chouette de voir que beaucoup prennent toujours plaisir à écrire avec !

  • Réagir
    Simone
    22 mars 2018 at 21 h 48 min

    C’est drôle j’ai moi aussi eu récemment envie de ressortir mes stylos-plumes pour me remettre à écrire avec =)
    Le plaisir est toujours le même, et ça rappelle des souvenirs ^^

Laisser un commentaire