Menu
Expatriation

Paroles d’expatrié(e)s #4 : Stéphanie (française à Boston)

Pour cette quatrième édition de notre rendez-vous autour de récits d’expatrié(e)s, c’est Stéphanie, une française rencontrée à Boston, qui nous parle de son expérience.


1 – Où vis-tu et depuis quand ? Est-ce ta première expérience en tant qu’expatriée ?

Mon mari et moi sommes nés à Bordeaux et y avons toujours vécu. Suite à une opportunité d’emploi à Harvard, nous avons décidé de partir et de vivre cette grande aventure de l’expatriation. Nous sommes arrivés à Boston en octobre 2019, mais pour combien de temps, c’est difficile à savoir.

2 – Qu’est-ce qui t’a amené à partir de France et pourquoi ce choix de ville/pays précisément ?

Après une thèse en sciences, une expatriation était plus qu’envisageable. Après plusieurs recherches sur des laboratoires et des entretiens, mon choix s’est fixé sur Boston. Après une longue réflexion, mon mari a accepté l’idée et nous nous sommes lancés dans cette grande aventure. Nous connaissions déjà des gens partis vivre à l’étranger, mais je pense qu’il est difficile de se rendre compte des enjeux de ce mode de vie sans l’avoir vécu.

ma vie à boston - back bay

3 – Quels sont d’après toi les avantages et les inconvénients de la vie d’expat’ ?

La vie d’expat’ est une grande balance pour nous.

Les avantages sont nombreux à nos yeux. Au niveau du couple, nous étions déjà très fusionnels mais cette aventure nous a encore plus rapprochés. On nous a souvent dit que pour le couple, c’était comme jouer à pile ou face. Après plus d’un an ici, nous nous sentons encore plus proches et fusionnels que jamais. Au niveau personnel, c’est très enrichissant de constater à quel point on arrive à avoir une plus grande ouverture d’esprit. On est aussi beaucoup plus indulgent envers nous-mêmes mais aussi envers les autres.

Au niveau amical, c’est toujours enrichissant de découvrir de nouvelles personnes avec des expériences bien distinctes. On a constaté aussi à quel point les expatriés entre eux étaient soudés, souvent davantage qu’ils ne l’auraient été dans leur pays d’origine. Nous (ou plutôt je) avons donc appris a être moins craintifs et à apprécier la richesse de ces nouvelles rencontres. Ce type de contact est, à mes yeux, nécessaire comme aide lorsque l’on arrive dans un nouveau pays.

Sortir de sa zone de confort et se mettre “en danger” est super intéressant pour voir vraiment de quoi on est capable. Étant de nature très timide, le fait de venir dans un pays étranger avec une culture et une langue différentes m’a permis de me rendre compte que toutes ces barrières ne sont pas insurmontables et a renforcé mon estime de moi. Découvrir de nouveaux paysages, faire des découvertes gustatives, découvrir une autre culture est aussi toujours personnellement enrichissant.

Au niveau des point négatifs, pour moi le numéro 1 est sans hésitation l’absence de la famille et des amis. Partir et se savoir à 6000 km de nos proches était juste un enfer et compliqué à vivre au début. Mais petit à petit, on apprend à gérer ses angoisses et ce manque : même si rien ne peut remplacer ce vide, on apprend à vivre avec. Le plus dur est le fait de ne pas être là pour les grands moments importants de la vie (naissance, mariage, décès… ). De plus, nous sommes arrivés seulement quelques mois avant le début de la pandémie, ce qui a rendu les inquiétudes encore plus difficiles à gérer.

Aussi, la différence de culture est une entrave qui peut rendre difficile une interaction avec des locaux, mais il faut apprendre à connaître leur culture et s’adapter.

automne à Boston, massachusetts

4 – As-tu une anecdote à raconter au sujet de ton expatriation ?

Avant de vivre à Boston, ni l’un ni l’autre n’avions voyagé aux USA et nous avions toujours pensé que les films américains renvoyaient des clichés et que les gens et les paysages ne représentaient pas la vraie vie Américaine… À notre plus grande surprise, ce n’était pas le cas : les maisons, les habitudes, la nourriture, tout était comme dans un film ! Je me rappelle encore nos premières sorties où tous les 100 mètres, on se regardait, étonnés, en se faisant ce constat. C’était très dépaysant et surprenant au début.

Mais le plus étonnant pour moi à notre arrivée a été les habitudes des Américains, notamment leur passion pour les cafés glacés à toute heure de la journée ! Venant de Bordeaux, je n’étais pas préparée à ce froid et ce vent glacial que l’on trouve près de 6 mois de l’année à Boston. Nous sommes arrivés en octobre et je me rappelle les premières fois où j’ai attendu le bus dans le froid, face au vent et avec 4 couches de vêtements, une doudoune et un bonnet, en regardant toutes les minutes pour savoir où en était le bus… et nous n’étions que fin octobre ! Pendant que je dansais sur place pour ne pas avoir trop froid, je voyais passer devant moi des Bostoniens sortant de Dunkin’ avec 1 litre de café glacé dans les mains, et avec seulement un pull sur eux ! Le décalage entre eux et moi était assez impressionnant et même après plus d’un an ici, je ne comprends toujours pas cette folie du café glacé par -20°C dehors…

petits-bonheurs-à-boston-2-9

5 – Est-ce un mode de vie que tu recommandes ? Quels seraient tes conseils ?

L’expatriation est une belle aventure qui peut être enrichissante sur bien des plans : professionnel, personnel, financier… Je pense que c’est une excellente expérience lorsqu’on est jeune et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Nous débutons tout juste ce mode de vie mais après un an, je pense qu’on a réussi à s’y adapter.

À l’heure actuelle, on n’est pas certain de la prochaine étape. Il est difficile de savoir si la prochaine fois que l’on déménagera, ce sera pour revenir en France ou tenter sa chance ailleurs car plusieurs facteurs vont rentrer en jeu. Pour moi, professionnellement parlant tout se passe bien, mais pour mon mari infirmier, cela reste encore difficile pour lui d’exercer son métier ici (demande d’équivalence retardée à cause du COVID). De plus, cette période de pandémie ne favorise pas l’envie de rester loin des siens indéfiniment (tout comme le fait de ne pas avoir pu rentrer pour les passer les fêtes avec nos proches).

On verra où le vent nous portera …


Merci beaucoup à Stéphanie pour son intéressant témoignage, qui dévoile un regard un peu différent sur une destination que j’ai largement abordée sur ce blog. Certains constats néanmoins me font penser à mon propre ressenti, notamment sur le côté « fidèle aux films » (ou séries) : j’y ai pensé notamment en entendant pour la première fois des sirènes de police, ou en voyant tant d’Américains arpenter les rues avec un gobelet à la main (trop souvent jetable, malheureusement), ce qui me fait rejoindre Stéphanie sur l’incongruité du combo café glacé/météo en dessous de 0°C

Si vous aussi vous souhaitez participer à cette rubrique, écrivez-moi (avec vos réponses à ces questions) à fanny@parenthesecitron.com.

A propos

Hello et bienvenue ! Je suis Fanny, photographe de 32 ans. J'adore planifier un voyage et découvrir de nouveaux lieux et cultures, immortaliser les beaux instants avec mon appareil photo, boire du thé, occuper mes dix doigts à quelque chose de créatif… Originaire de Charente-Maritime, j'ai vécu dans différentes villes en France et à l'étranger (Espagne et Etats-Unis) depuis ma majorité. J'ai emménagé en août 2020 à Montpellier.

Pas de commentaires

    Me laisser un commentaire